Au Cameroun

Les réserves naturelles : pour une meilleure surveillance et un meilleur contrôle de la sécurité de la faune

Le réseau d’aires protégées du Cameroun. Source : MINFOF

Parc national de Waza

cases obus à l'entrée du par pnw

Cases obus à l’entrée du Parc. Source : MINFOF

Situé dans la région de l’extrême nord du Cameroun et s’étendant sur 1700 km2 non loin des frontières tchadiennes et nigériennes, le parc National de Waza (PNW) est l’une des aires protégées majeures du Cameroun. Réserve de chasse transformée en Parc National en 1968, il est dorénavant érigé par l’UNESCO en Réserve de Biosphère depuis 1982 ainsi qu’en site RAMSAR depuis 2006. Sa richesse spécifique et les résultats attendus de sa gestion durable lui apporte un attrait certain tant des autorités publiques que de la communauté internationale.

Les multiples ressources de ce parc sont pourtant mises à mal compte tenu des nombreuses menaces pesant sur elles. Sécheresse, exploitation et trafic illégaux des richesses naturelles, conflits entre hommes et faune sauvage; tels sont les enjeux auxquels le parc se tâche de répondre dans le cadre de son nouveau plan

parc waza minfof

Distribution des mammifères au PNW. Source: MINFOF

d’aménagement de 5 ans, de 2015 à 2019.

Élaboré en 2014 par le ministère des forêts et de la faune de la République du Cameroun, il a pour but d’assurer la sécurisation et la gestion durable des ressources biologiques du PNW et de sa périphérie par la réhabilitation, le développement et l’entretien des infrastructures, la maîtrise de l’eau et la gestion participative au sein de cinq programmes distincts.

C’est dans le cadre de ce remaniement de la gestion durable des ressources biologiques du parc de Waza que s’inscrit l’action de Sauvegarde Faune Sauvage.

En Février 2016 a été convenu un mémorandum d’entente entre le PNW et SFS, ayant pour objet la protection de la faune sauvage des aires protégées de l’extrème nord du Cameroun et plus particulièrement du PNW.

Cette entente visant la protection de toutes les espèces présentes dans le parc porte une attention particulière aux plus touchées;l’éléphant, le lion, la giraphe, le python sabae, la grue couronnée, la tortue, le crocodile du nil, les oies ainsi que leurs sous-produits illégaux.

Cette protection de la faune sauvage passe avant tout par l’engagement réciproque de coopérer dans le cadre de la lutte contre le braconnage et le trafic des espèces sauvages et des sous-produits de la faune sauvage de la région de l’extrème Nord en général et celle du parc de Waza en particulier.

Ainsi, SFS antibraconnage traduit son action de plusieurs sortes :

Tout d’abord par la dotation de matériel visant la lutte contre le braconnage et par le démantèlement des réseaux de trafic des produits et sous-produits de la faune. Dans ce cadre, l’association joue également un rôle d’informateur et s’engage à mettre à disposition du délégué régional des Forêts et de la Faune de l’extrême nord et du conservateur du PNW toutes informations pouvant leur permettre de lutter contre le braconnage et le trafic des espèces fauniques à l’échelle régionale et nationale.

Puis, par le renforcement des capacités des éco-gardes du PNW et d’autres personnels du Ministère des forêts et de la faune (MINFOF) de la Région de l’extrême nord pour la lutte contre le braconnage, le démantèlement des réseaux de trafic des espèces sauvages de la région de l’extrême nord.

Enfin, par le soutien à l’éducation environnemental des enfants scolarisés dans les villages riverains du Parc.

autruches banderole

Autruches du Parc de Waza. Source: MINFOF

Parc national de la Bénoué

Situé dans la province nord du Cameroun, le parc de la Bénoué avec ses 180 000 hectares représente l’une des plus grandes et ancienne réserve naturelle du Cameroun au coté du Parc de Waza. Crée en Novembre 1932 et officialisée parc national par décret en 1968 elle est ensuite érigée en biosphère par l’UNESCO en 1981.

Cette aire protégée majeure de première catégorie disposant d’une diversité et d’une richesse remarquable de ses ressources naturelles se doit à ce jour de concilier la conservation de sa biodiversité à des dispositifs de long terme afin de soutenir la gestion de l’activité cynégétique du parc.

En effet, ce contrôle de la chasse est nécessaire à la bonne gestion durable de la diversité biologique du parc ainsi qu’à la protection de l’environnement. C’est pourquoi le Parc National de la Bénoué (PNB) s’efforce dans cette optique de prendre en compte les défis liés à la maîtrise des ressources naturelles et aux ressources socio-économiques, en insistant notamment sur la participation des communes et des communautés riveraines du parc à la gestion des ressources forestières et fauniques.

S’inscrivant dans les objetcifs de cette politique forestière et faunique du Cameroun, le mémorandum d’entente entre les Comités de gestion des Zones Cynégétiques du PNB et de l’Association Sauvegarde Faune Sauvage vise à développer des synergies d’actions communes afin de contribuer de manière concrète à l’amélioration de l’éfficacité de la lutte anti-braconnage dans la zone du PNB.

Ainsi, SFS antibraconnage s’engage auprès de ses partenaires à leur prodiguer le matériel nécessaire à la lutte anti-braconnage ainsi qu’a assister le PNB dans la traque des braconniers et à leur faire part de toute information jugeant s’avérée utile à leur arrestation.

Direction générale de l’extrême nord du Cameroun

Afin de couvrir la zone frontalière entre le Cameroun et le Tchad, SFSantibraconnage a également proposé son assistance à la direction générale de l’extrême nord du Cameroun. Une convention a été signée en 2016 afin de procéder ensemble à l’interception des braconniers et des réseaux mafieux dans cette zone poreuse où les contrôles sont insuffisants.

LAGA

Luttant pour le respect des lois relatives à la protection de la biodiversité au Cameroun, l’association LAGA se concentre sur la lutte contre les receleurs, premiers initiateurs du commerce de la viande de brousse, de l’ivoire et du trafic d’animaux.

Ce partenariat effectif de 2006 à 2010, a été l’opportunité pour SFS de prendre part au combat de LAGA en effectuant diverses enquêtes de terrain ayant permis de remonter des réseaux et d’arrêter des receleurs. Cette coopération a également été opérée grâce au financement par SFS de matériel tel que des caméras cachées dont LAGA a besoin afin de mener à bien son action.

viande brousse enquete 2

Exemple de photos d’enquête illustrant un braconnage intensif.

viande de brousse enquete 1

 

La Commission Nationale Anticorruption (CONAC)

Depuis 2010, des enquêtes de terrains sont directement effectuées auprès de la CONAC et de M, Alfred Eton. Un rapport est rédigé annuellement par SFS, par le biais duquel l’association fait part de ses découvertes concernant les réseaux corrompus et les filières mafieuses de l’environnement qu’elle a pu infiltrer.

Selon ces indications, la CONAC envoi à son tour des agents vérifier les fait puis prévient les agents des parcs nationaux; les éco gardes afin de réguler la situation. Néanmoins, en cas de force majeur, c’est un détachement de la Brigade d’intervention Rapide qui se rend sur place afin de contrer les braconniers et de les remettre à la justice camerounaise.

La plus grande saisie effectuée à ce jour en partenariat avec la CONAC a permis de mettre la main sur 250 kalachnikovs et 30 armes conventionnelles en 2014.

La Brigade d’intervention rapide (BIR)

Composé de 2400 soldats, cette brigade effectue de missions de terrains auxquelles SFSantibraconnage apporte son soutien afin, une fois une filière remontée, de prendre en flagrant délit les receleurs et revendeurs de viande de brousse, ivoire et animaux vivants, de procéder ainsi à leur arrestation et de les remettre à la justice.
La BIR n’intervient qu’en dernier recours lorsque la situation ne permet plus aux écogardes d’assurer l’exercice de leur fonction en toute sécurité.

 

Retour au Premier axe : Démantèlement des réseaux